L’Europe n’est pas qu’un idéal, elle est aussi une nécessité

Nous écologistes, Françaises et Français de l’étranger, candidat·e·s aux élections législatives et citoyen·ne·s engagé·e·s, militons pour une Europe forte, unie et plus intégrée, reflet des valeurs portées par la NUPES.

Retrouvez notre tribune publiée dans lepetitjournal.com

Au lendemain de la journée de l’Europe, nous, écologistes, Françaises et Français de l’étranger, candidat·e·s aux élections législatives sur le territoire européen et citoyen·ne·s engagé·e·s, militons pour une Europe forte, unie et plus intégrée, reflet des valeurs portées par notre Nouvelle Union Populaire, Écologiste et Sociale (NUPES).

Pour les écologistes, l’Europe n’est pas qu’un idéal, elle est aussi une nécessité, une échelle d’action nécessaire pour surmonter les défis de notre siècle.

L’Europe de l’État de droit

L’accord qui a été conclu permet d’aller chercher des victoires essentielles tout en renforçant la construction européenne dans le cadre de l’État de droit. Il ne peut y avoir de libertés prises avec le cadre européen et la primauté du droit de l’Union sera respectée.

Notre programme vise évidemment le maintien de la France dans les traités, le maintien dans l’euro et le tout sans affaiblissement de l’UE, avec une réorientation de celle-ci.

Nous refusons les compromissions de la Présidence française actuelle avec les pays transgressant les règles de l’État de droit européen (Pologne, Hongrie).

Notre accord parle de certaines désobéissances : celles-ci sont d’une part courantes, acceptées et pratiquées actuellement, aussi par la France, en général pour proposer une moins-disance. Comme le gouvernement actuel qui désobéit aux règles européennes sur la protection des oiseaux afin de favoriser toujours plus les intérêts particuliers de quelques lobbies plutôt que de préserver la biodiversité en France et en Europe dans l’intérêt général européen.

Ainsi s’explique l’émoi des tartuffes de l’Europe ultralibérale : ce n’est pas l’Union Européenne que notre rassemblement menace, mais bel et bien leur domination sur la construction de l’Europe que nous dérangeons. C’est évidemment très différent. Elles et eux l’ont parfaitement compris. Nous formons donc le vœu que toutes les Européennes et Européens de cœur et de raison le comprennent également. Si nous nous saisissons de l’opportunité historique qui nous est offerte, nous serons en mesure de jouer un match décisif pour l’avenir de l’Europe.

“Quelle Europe voulons-nous ?”

Retrouvez l’intégralité de la tribune sur : https://lepetitjournal.com/expat-politique/actualites/tribune-eelv-europe-ideal-necessite-337897