Fukushima et l´abandon du nucléaire en Allemagne

11 mars 2021 : date anniversaire de la funeste explosion de la centrale nucléaire de Fukushima.

Cet anniversaire est l’occasion de revenir sur l’abandon du nucléaire en Allemagne, qui est souvent débattu, en s’éloignant des faits que je rappelle ici :

  • 2000 : la coalition rouge (298 députés) – verte (47 députés) négocie avec les producteurs d’électricité d’origine nucléaire un plafonnement des quantités de TWh à produire encore. Cela conduit à un arrêt progressif jusque 2022. Accord qui ne débouche sur aucune plainte civile des producteurs.
  • 2010 : la coalition noire (239 députés) – jaune (93 députés) décide d’augmenter fortement les quantités à produire, ce qui porte l’arrêt de la dernière centrale à 2036.
  • mars 2011 : suite à Fukushima, et aussi suite au timing malheureux conduisant à la branlée électorale de la CDU le 25 mars 2011 en Bade-Württemberg, qui vit le Land basculer aux mains des Verts, le gouvernement CDU-FDP, gouverne par la Docteure en physique Mme Merkel, décide un moratoire immédiat sur le nucléaire et l’abandon de celui-ci à horizon 2022.

C’est donc bien la droite qui a décidé l’abandon définitif du nucléaire. La droite qui gouverne depuis 10 ans ce pays et n’a pas dévié de sa ligne.

  • mars 2021 : suite aux plaintes des producteurs de nucléaire, qui avaient entamé des investissements en 2010, favorisés par le report de la fermeture des centrales, l’Etat allemand convient d’un compromis avec ces entreprises et paye 2,4 milliards d’euros à celles-ci en compensation de sa décision prise à la va-vite en 2011.

Commentaire d’un écologiste aux pro-nucléaire : l’adresse pour aller raler n’est pas celle des Verts, mais celle de la CDU et du FDP. Ces deux partis, par peur politique, ont décidé d’arrêter le nucléaire. C’est un calcul purement cynique qui leur a fait abandonner cette source d’électricité au profit de leur survie électorale. Car dans le même temps, le parti écologiste était passé de 10% à 25% dans les sondages.
Quant aux sociaux-démocrates , ils ont décidé la fin du nucléaire en 2000 qui était leur compromis avec les Verts en échange de l’Agenda 2010.

Nous autres écologistes, étions et sommes restés anti-nucléaires. La peur des écologistes a conduit à l’abandon du nucléaire en Allemagne, pas la peur du nucléaire lui-même.

L´évolution de la production d’électricité en Allemagne

Il est temps de se pencher sur l’évolution de la production d’électricité en Allemagne.
40% des émissions de GES viennent de là en Allemagne.

En 2020, la part d’énergies renouvelables est passée de 46% à 51%. 3 causes : une consommation globale moindre, beaucoup de vent et de soleil. La production brute d’origine renouvelable a augmenté de 4%. Le nucléaire poursuit son lent déclin suite à la fermeture d’une vieille centrale à côté de Karlsruhe : 14%.

Et surprise, car à écouter les infos et politiques français « les allemands ont remplacé le nucléaire par du charbon », celui-ci, lignite incluses, passe de 29% à 24% du mix. Ainsi le charbon qui était à 55% en 2000, année des décisions de sortie programmée du nucléaire, a perdu plus de la moitié de sa part productive. Cassez donc ce mythe du charbon remplaçant le nucléaire. La production brute en TWh d’électricité productrice de CO2 (charbon, lignite, gaz) a diminué de 15%.

Au final, les émissions de gaz à effet de serre ont baissé de 10% en 2020 en Allemagne, et 5% dans le monde. C’est d’ailleurs le rythme nécessaire pour tenir les engagements de Paris…

Florian Chiron