Archives de l’auteur : Ollivier Mathilde

Elles et ils nous soutiennent

Julien Bayou, Secrétaire national d’Europe Ecologie – Les Verts

« Notre objectif est clair, peser dans la vie publique des Français.e.s établi.e.s hors de France, via des élu.e.s investi.e.s et engagé.e.s localement pour le bien public, fer de lance de politiques de solidarité et de lutte contre le changement climatique au plus proche de nos concitoyen.ne.s comme au sein de l’Assemblée des Français de l’Etranger et du Sénat. »

Julien Bayou, Secrétaire national d’Europe Ecologie - Les Verts

Sandra Regol, Secrétaire nationale adjointe d’Europe Ecologie - Les Verts

Sandra Regol, Secrétaire nationale adjointe d’Europe Ecologie – Les Verts

« De l’échelon le plus local au plus global, Europe Ecologie – Les Verts se mobilise aux côtés de la société civile afin de proposer des solutions concrètes pour une justice sociale et environnementale. Aidez-nous à faire gagner l’écologie lors des élections consulaires, votez pour les candidat.e.s soutenu.e.s par EELV Hors de France. »


Esther Benbassa, Sénatrice EELV, Vice-présidente du groupe Écologiste – Solidarité et Territoires au Sénat

Je ne peux qu’encourager les femmes et les hommes à s’impliquer dans la dynamique de l’écologie politique portée par EELV Hors de France pour ces prochaines élections consulaires et à s’approprier les nombreuses propositions en matière d’éducation, d’accès aux services publics, de protection sociale, d’échanges culturels ou encore de démocratie, qui sont détaillées dans le programme des listes EELV.”

Esther Benbassa, Sénatrice EELV, Vice-présidente du groupe Écologiste - Solidarité et Territoires au Sénat

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Photo-David-2.jpg.

David Cormand, Député européen EELV, Co-Président de la délégation Europe Ecologie au Parlement européen

« Pour la première fois aux élections consulaires, l’écologie sera présente dans quelque 80 circonscriptions à travers le monde. C’est un formidable espoir pour tou.te.s les Français.e.s de l’étranger qui souhaitent que l’écologie soit plus forte au Sénat. 


Yannick Jadot, Député européen EELV

« Partout dans le monde, la France dispose d’un réseau exceptionnel à la fois diplomatique et éducatif, elle se doit d’être aux avant-postes des politiques de solidarité et de lutte contre le dérèglement climatique. Aux élections consulaires, choisissez les candidat.e.s qui porteront cette ambition en votant pour les listes soutenues par Europe Ecologie – Les Verts. »

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est jadot.jpg.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est biteau.jpg.

Benoît Biteau, Député européen écologiste

« Nos listes présentes sur l’ensemble des cinq continents traduisent un large rassemblement autour de nos idées, elles sont ouvertes à la diversité du monde. Dispersé.e.s aux quatre coins du monde mais uni.e.s derrière l’écologie ! » 


Grégory Doucet, Maire EELV de Lyon

« Nous aspirons à un nouveau modèle et avons bon espoir que la dynamique d’EELV Hors de France viendra bousculer le vieux monde et participera au renforcement de notre groupe politique au Sénat dès septembre prochain. Pour ce faire, aux élections consulaires, votez pour les écologistes d’Europe Ecologie Les Verts ! »

Grégory Doucet, Maire EELV de Lyon

Léonore Moncond’huy, Maire EELV de Poitiers 

« L’écologie : une multitude d’actions locales, un espoir global ! Uni.e.s dans la diversité des territoires que nous représentons, portons ensemble, dans nos villes comme dans nos conseils consulaires, une action écologiste à la hauteur des enjeux. »

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Leonore-moncondhuy-edited.jpg.

Éric Piolle, Maire EELV de Grenoble

Éric Piolle, Maire EELV de Grenoble

« Les militantes et militants qui composent notre mouvement, au-delà des frontières, prouvent une nouvelle fois par la présentation de ces listes et leurs propositions pour les élections consulaires que l’écologie politique n’est pas une force d’appoint et que nous postulons bien à conduire le changement.»

En cette décennie 2020, pourquoi s’engager en politique?

{Cet article est un republication du site internet du groupe EELV-Royaume Uni, vous pouvez accéder à l’original ici}

Je suis née en 1970, à une époque où la politique faisait partie intégrante de la citoyenneté, et je me souviens des discussions enflammées au lycée et à l’université. Aujourd’hui, la défiance envers les politiques s’est généralisée et les extrêmes, qui semblent parler plus ‘vrai’, sont dangereusement plus populaires. Pourtant, la politique est le socle de notre démocratie, et si nous acceptons, comme le suggère Aristote, que “l’homme est un animal politique”, s’engager en politique implique a minima faire son devoir de citoyen, en prenant part aux élections.

Vous n’êtes pas obligés d’adhérer à toutes les idées, ni même à un parti, mais la préservation de notre planète passe également par la lutte pour la protection de la démocratie; elle aussi est fragile. On voit les dégâts que des leaders extrémistes tels que Bolsonaro, ou Trump peuvent faire à l’écologie. Je pense également au Brexit, c’est a dire un changement de direction drastique, et durable du pays, qui a été décidé par les plus de 65 ans; 90% d’entre eux ont voté, contre 64% des jeunes. S’inscrire et voter, c’est préserver la démocratie.

Le deuxième niveau d’engagement en politique, c’est de rejoindre en tant que sympathisant ou adhérent un parti. C’est la décision que j’ai prise il y a 5 ans, tout d’abord avec le Women’s equality party, et maintenant avec EELV, car, pour mettre en place des changements durables, il faut les inscrire au coeur du monde politique, en faisant évoluer les lois, et les institutions.

Bien sûr, les manifestations spectaculaires d’XR (dont je fais également partie), les discours de Greta entre autres, réveillent les consciences, et créent la pression nécessaire pour forcer les politiques à ne plus ignorer la situation écologique.

Bien sûr les fantastiques initiatives tel que l’Economie bleue et les Climat’optimistes ou les innovations telles que Big Green sont indispensables pour sauver la planète.

Mais avoir des élus représentant 100% l’agenda écologique, lui donne une voix plus importante encore. Les verts allemands ont remporté une élection régionale avec 32% des votes. Les verts européens ont fait 13,5 % aux dernières élections et au Royaume-Uni la liste EELV a obtenu 22% aux elections éuropeennes de 2019.

Localement, nous avons une forte chance d’avoir des conseillers consulaires aux élections du 30 mai. Les élections consulaires sont importantes car les conseillers consulaires sont vos représentants locaux, et protègent vos droits. Pour preuve, des jeunes Français inscrits dans des universités du Québec ont monté une liste pour l’élection des conseillers consulaires, afin de faire écho à leurs difficultés liées à la situation sanitaire et à la hausse des frais de scolarité.

Comme je le disais au début, à EELV UK, nous sommes motivés par l’action ; l’année dernière, nous organisions des cafés écolos, des cours de permaculture, et le nettoyage de canaux. Cette année, nous demarrons des Ateliers participatifs sur la lutte contre les changements climatiques, la discrimination faite aux femmes, et l’écocitoyenneté par example. Ces ateliers en trois volets ont pour but de développer des idées et plans d’actions locaux que nous mettrons en place dès Juin 2021.

Pour résumer, n’ignorez pas l’engagement politique en plus de l’engagement professionnel ou associatif, au travers:

  • De voter aux élections consulaires du 30 mai, en ligne, à l’urne ou par procuration
  • De l’adhésion à un parti
  • Ou par exemple, en venant aux ateliers participatifs qui vont débuter le 19 avril.

Isabelle Blanchot

Binôme tête de liste EELV-UK pour les élections consulaires 2021

Fukushima et l´abandon du nucléaire en Allemagne

11 mars 2021 : date anniversaire de la funeste explosion de la centrale nucléaire de Fukushima.

Cet anniversaire est l’occasion de revenir sur l’abandon du nucléaire en Allemagne, qui est souvent débattu, en s’éloignant des faits que je rappelle ici :

  • 2000 : la coalition rouge (298 députés) – verte (47 députés) négocie avec les producteurs d’électricité d’origine nucléaire un plafonnement des quantités de TWh à produire encore. Cela conduit à un arrêt progressif jusque 2022. Accord qui ne débouche sur aucune plainte civile des producteurs.
  • 2010 : la coalition noire (239 députés) – jaune (93 députés) décide d’augmenter fortement les quantités à produire, ce qui porte l’arrêt de la dernière centrale à 2036.
  • mars 2011 : suite à Fukushima, et aussi suite au timing malheureux conduisant à la branlée électorale de la CDU le 25 mars 2011 en Bade-Württemberg, qui vit le Land basculer aux mains des Verts, le gouvernement CDU-FDP, gouverne par la Docteure en physique Mme Merkel, décide un moratoire immédiat sur le nucléaire et l’abandon de celui-ci à horizon 2022.

C’est donc bien la droite qui a décidé l’abandon définitif du nucléaire. La droite qui gouverne depuis 10 ans ce pays et n’a pas dévié de sa ligne.

  • mars 2021 : suite aux plaintes des producteurs de nucléaire, qui avaient entamé des investissements en 2010, favorisés par le report de la fermeture des centrales, l’Etat allemand convient d’un compromis avec ces entreprises et paye 2,4 milliards d’euros à celles-ci en compensation de sa décision prise à la va-vite en 2011.

Commentaire d’un écologiste aux pro-nucléaire : l’adresse pour aller raler n’est pas celle des Verts, mais celle de la CDU et du FDP. Ces deux partis, par peur politique, ont décidé d’arrêter le nucléaire. C’est un calcul purement cynique qui leur a fait abandonner cette source d’électricité au profit de leur survie électorale. Car dans le même temps, le parti écologiste était passé de 10% à 25% dans les sondages.
Quant aux sociaux-démocrates , ils ont décidé la fin du nucléaire en 2000 qui était leur compromis avec les Verts en échange de l’Agenda 2010.

Nous autres écologistes, étions et sommes restés anti-nucléaires. La peur des écologistes a conduit à l’abandon du nucléaire en Allemagne, pas la peur du nucléaire lui-même.

L´évolution de la production d’électricité en Allemagne

Il est temps de se pencher sur l’évolution de la production d’électricité en Allemagne.
40% des émissions de GES viennent de là en Allemagne.

En 2020, la part d’énergies renouvelables est passée de 46% à 51%. 3 causes : une consommation globale moindre, beaucoup de vent et de soleil. La production brute d’origine renouvelable a augmenté de 4%. Le nucléaire poursuit son lent déclin suite à la fermeture d’une vieille centrale à côté de Karlsruhe : 14%.

Et surprise, car à écouter les infos et politiques français « les allemands ont remplacé le nucléaire par du charbon », celui-ci, lignite incluses, passe de 29% à 24% du mix. Ainsi le charbon qui était à 55% en 2000, année des décisions de sortie programmée du nucléaire, a perdu plus de la moitié de sa part productive. Cassez donc ce mythe du charbon remplaçant le nucléaire. La production brute en TWh d’électricité productrice de CO2 (charbon, lignite, gaz) a diminué de 15%.

Au final, les émissions de gaz à effet de serre ont baissé de 10% en 2020 en Allemagne, et 5% dans le monde. C’est d’ailleurs le rythme nécessaire pour tenir les engagements de Paris…

Florian Chiron

Retraite des Français qui ont effectué une partie de leur carrière hors de France

Les droits à la retraite de base générés par des années de travail et de cotisation en France peuvent être diminués de plus de 60%, si le reste de la carrière est effectué hors de France et non en France.

La retraite est proportionnelle au nombre de trimestres validés en France. Le très faible montant de certaines retraites de français qui ont travaillé à l’étranger n’est pas seulement la conséquence du plus faible nombre de cotisations. Si la formule de calcul est toujours la même, les données prises en compte pour le calcul de leur retraite peuvent être différentes :

1. La retraite n’est plus calculée à partir des meilleures années, elle peut être calculée à partir de toutes les années de la carrière dont les années incomplètes de très faible salaire, Ce qui peut provoquer une baisse de la retraite de plus de 40%.

 La retraite est basée sur le montant des salaires et des cotisations, mais ce sont les montants des salaires ANNUELS qui sont pris en compte dans le calcul. Une carrière est constituée d’années de 12 mois de salaire et d’années incomplètes certaines de peu de mois de salaire (job d’étudiants, service militaire, recherche d’emplois, maladie, formations, éducation des enfants, années à cheval sur deux pays …). Pour les carrières de moins de 25 ans en France le principal enjeu n’est pas que le salaire annuel moyen (SAM) soit calculé à partir des meilleures années de salaire, mais que les années incomplètes de très faible salaire soient prises en compte et « massacrent » ce SAM. (Les revenus de ces années peuvent être 20 ou 30 fois plus faibles que ceux des autres années). Les années de très faible salaire annuel provoquent une baisse de la retraite parce que la baisse due à la diminution du SAM sera plus importante que l’augmentation due à l’addition de trimestres. Ces années réduisent les droits acquis par les meilleures années de salaire. Les euros cotisés pour ces années n’augmentent pas la retraite mais la diminuent. 

2. toutes les années de travail ne pourront pas toujours être validées pour l’âge de la retraite ou la décote.

La retraite subira une décote de 25 %, ou la retraite sera reportée de 62 à 67 ans, si la caisse de retraite française n’a pas validé ou ne reconnaît pas au moins 20 trimestres de travail à l’étranger (ce qui est fréquent). La retraite est pourtant déjà proportionnelle au nombre de trimestres validés en France. Les périodes de travail effectuées à l’étranger peuvent être beaucoup plus difficiles ou impossibles à valider.

3. La retraite peut être calculée à partir de salaires plus anciens et plus mal revalorisés. Ce qui peut provoquer une baisse de la retraite de plus de 20%.

Dans le cas d’une carrière complète en France, les premières années de carrière ne sont généralement pas prises en compte pour le calcul du SAM (étant rarement parmi les 25 meilleures). Si la fin de la carrière est effectuée à l’étranger, le SAM de la carrière française sera calculé à partir d’années plus anciennes et malheureusement parfois à partir des premières années de la carrière. Or, ces années ne sont pas revalorisées sur la base de l’évolution du salaire moyen mais sur la base de l’indice des prix. Par exemple, le SMIC de 1977 revalorisé par la CNAV est de 783 € alors que le SMIC en 2020 est de 1219 €.€. Le Smic de 1977 sera sous-évalué en 2020 de 35%.  Plus les années sont anciennes plus elles seront mal revalorisées.

Les accords au sein de l’UE et les accords bilatéraux :

Ils sont censés atténuer ces inégalités, c’est loin d’être toujours le cas, même au sein de l’UE. Aucun accord ne prend en compte la mauvaise revalorisation des premières années de carrière. Au hasard des accords, des systèmes de retraite étrangers et des carrières, les conséquences seront plus ou moins importantes. Les français qui ont travaillé à l’étranger sont en plus pénalisés : 

a- Leur nombre d’années incomplètes augmente à chaque arrivée ou départ de France.

b- S’ils perçoivent une retraite à l’étranger ils ne pourront probablement pas bénéficier du minimum contributif.

c- L’estimation indicative globale ne sera probablement pas à jour parce elle n’aura pas été mise à jour en fonction de la carrière étrangère.  Ils risquent de demander leur retraite trop tard et perdre des années de retraite.

Solutions 

Pour ceux qui vont partir en retraite dans les années à venir, la retraite sera basée essentiellement sur les années qui sont déjà cotisées et sur le calcul actuel du SAM, pas sur un éventuel nouveau calcul de retraite qui ne s’appliquerait qu’aux années postérieures à 2025. 

Le système actuel de retraite peut être rendu plus équitable avec des mesures simples :

  1. Calculer le salaire annuel moyen à partir d’un % maximum d’années et non plus à partir d’un nombre fixe de 25 années, quand la carrière est partiellement effectuée en France (et sans conditionner cette mesure à des accords entre pays)
  2. Exclure du calcul du SAM toutes les années de trop faible salaire annuel dont la prise en compte diminuerait les droits à la retraite acquis pour les autres années de la carrière. (Lorsque la prise en compte de ces années provoquerait une baisse du SAM plus importante que l’augmentation due à l’addition des trimestres).
  3. Instaurer des mesures correctives quand la retraite est calculée à partir d’années plus anciennes sous revalorisées. Ou revaloriser les salaires sur la base de l’évolution du salaire moyen et non plus sur la base de l’indice des prix.
  4. Reconnaitre toutes les années de travail effectuées à l’étranger pour l’âge de la retraite qu’elles soient comptabilisées ou pas par le pays étranger.
  5. Instaurer un système de compensation lors du calcul du SAM pour les années incomplètes effectuées sur deux pays).
  6. Exclure la dernière année de travail en France du calcul du SAM, comme elle l’est pour ceux qui finissent leur carrière en France (Si elle est trop faible parce qu’incomplète)

Victoire des écologistes dans la Hesse, Allemagne

Depuis la création de Bündnis 90/Die GRÜNEN, nos amis ont obtenu le plus fort résultat dans une élection locale en Hesse (région du centre-Ouest de l’Allemagne, où est située Francfort) et une augmentation phénoménale de 7,1 points en passant de 11,3% à 18,4%.
Les Verts deviennent le 3e force, derrière la CDU (droite conservatrice) qui passe de 30% à 28,5% et le SPD (gauche sociale-démocrate) qui passe de 29% à 24%.

« Nous sommes devenus une force politique centrale dans les municipalités, car nos questions sont très pertinentes pour les citoyens*, non seulement au niveau fédéral et des Länder, mais aussi au niveau régional. Après les élections régionales en 2018 et les élections européennes en 2019, nous avons maintenant pu obtenir un résultat d’environ 20 % aux élections locales en Hesse. Le système des partis semble changer pour de bon et nous, les Verts, sommes devenus un parti intermédiaire ambitieux. » disaient les responsables locaux au lendemain des élections.

Nos amis ont réalisé des gains importants dans toutes les zones de Hesse. Cela montre que les citoyens nous font confiance pour être capables d’assumer des responsabilités à tous les niveaux. Nous sommes très satisfaits de la croissance constante de notre parti, tant en termes de membres que de résultats électoraux. « Dans les zones urbaines, nous sommes la force motrice. Dans les grandes villes de Darmstadt, Francfort et Kassel, nous sommes devenus premier parti, souvent avec une large avance, et nous avons maintenant la tâche de former des gouvernements stables et progressistes. En outre, nous sommes devenus la force la plus puissante dans neuf autres municipalités, dont Gießen et Marburg. »

Parmi les candidat.e.s élu.e.s, la proportion de femmes et de jeunes n’a jamais été aussi élevée.
« Nous sommes heureux que l’AfD ait perdu 5,0 points et ne soit plus soutenue que par 6,9 % des Hessois. Dans les mois à venir, il s’agit maintenant de faire passer l’AfD sous la limite des 5 %, afin qu’il ne siège plus au parlement de Hesse lors des prochaines élections régionales. La haine et l’agitation n’ont pas leur place en Hesse. »

Nous continuons à travailler sur la transition sociale-écologique. « Les prochaines années montreront dans quelle mesure nous parviendrons à combattre la crise climatique. Cela nécessitera un effort commun et les Verts les plus forts possibles. En outre, notamment à la suite de la pandémie de Corona, nous devons nous efforcer d’inverser la fracture sociale. Pour nous, VERTS, politique climatique progressiste et justice sociale vont de pair. »

Ces élections locales motivent pour la campagne des élections fédérales. Les citoyens sont fatigués de la politique d’immobilisme de la Grande Coalition et veulent enfin une politique qui traite en profondeur les problèmes du présent.

Clin d’oeil à notre militant EELV, Florian Chiron, réélu à son poste de conseiller au Conseil des étrangers de la Ville de Francfort, la liste verte passant de 250 à 2100 voix et de 1 à 3 élu.e.s.

A new momentum for transatlantic cooperation between the United States and Europe?

Après les élections de 2020, la nouvelle administration Biden devrait marquer la fin de quatre années de relations diplomatiques difficiles entre les États-Unis et des pays européens tels que la France et l’Allemagne. La crise de la coopération transatlantique était devenue évidente dans de nombreux domaines, notamment le commerce, la défense, la santé publique, l’énergie et le climat.
Afin d’explorer ce que la nouvelle administration Biden va signifier pour l’avenir de la coopération transatlantique, les sections locales des partis verts français et allemand aux États-Unis ont organisé un webinaire pour discuter avec eux de l’avenir des relations transatlantiques entre les États-Unis et l’Europe :

  • Mme Célia Belin, Visiting fellow – Foreign Policy, Center on the United States and Europe, Brookings
  • Mme Laura von Daniels, Chef de la division de la recherche sur les Amériques, Institut allemand pour les affaires internationales et de sécurité

    Pour toute question sur ce webinaire, contacter eelvdc@gmail.com ou dominik.englert@gruene-washington.de

Retrouvez tous les webinaires sur notre chaine Youtube

Elections consulaires: mobilisation de l´écologie politique dans le monde entier

Les adhérents et sympathisants d´Europe Ecologie les Verts se sont mobilisés, du Chili à l´Inde, de la Belgique au Vanuatu, pour constituer et participer à des listes pour l´élections des conseiller.ère.s consulaires les 29 et 30 mai 2021.
En ligne ou aux consulats, les candidats ont déposé leurs listes jusqu´à aujourd´hui, dimanche 21 mars 2021, 18h00 heure locale. Plus d´info sur les enjeux de ces élections et le mandat des conseiller.e.s dans cet article.
Lors de ces élections et des mandats à venir, EELV et ses élu.e.s souhaitent intégrer une dimension écologique aux projets éducatifs, à la gestion immobilière à l´étranger, mais aussi rétablir une égalité de traitement dans le calcul des droits à la retraite et soutenir l´AEFE et les associations FLAM. Retrouvez toutes nos propositions ici.
L’écologie politique sera présente dans plus de 80 circonscriptions pour ces élections consulaires. En 2021, par delà des frontières, venez participer à la dynamique des écologistes pour ces élections consulaires !!

Disrupt Apocalypse – Effondrement de civilisation, qu’en disent l’Histoire et la Science ?

« Si on ne prend pas les bonnes mesures, c’est une société entière qui s’effondre ». – Edouard Philippe, 1er ministre, le 2 juillet 2018 – La sonnette d’alarme est tirée ! Même les responsables politiques semblent au courant. Raréfaction des ressources, disparition de la biodiversité et changement climatique, tout s’accélère. Pourtant, au delà des discours, rien ne change et les incendies s’étendent. Il est urgent de réinventer le monde. En nous éclairant sur le chemin à prendre, l’Histoire et la Science peuvent nous y aider.

En 45 minutes, cette conférence donne les premières clés pour relever le plus grand défi de l’humanité. Notre invité était Joël Grea, membre des conseils scientifiques de Time for the Planet et Smart Republic.

Retrouvez tous les webinaires sur notre chaine YouTube.

Lutte contre les violences faites aux femmes: la nécessité de dépasser les frontières

Alors que l’année 2020 est marquée par une recrudescence des violences intrafamiliales exacerbées notamment par le contexte du confinement, il est plus que jamais urgent d’agir et de protéger les victimes de ces violences, tant en France qu’à travers le monde.
A l’approche du 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, Europe Ecologie Les Verts – Hors de France a organisé un webinaire visant à aborder cette problématique d’un point de vue juridique et politique, tant à l’échelle locale qu’au niveau international.
Quelles mesures ont été mises en place pendant la crise ?
Ont-elles protégé efficacement les victimes de violence pendant le confinement?
Quels sont les mécanismes de protection prévus au niveau européen et à l’international?
Quelles analyses peut-on effectuer à l’échelle internationale sur les violences politiques et institutionnelles ?


Toutes ces questions ont été discutées lundi 23 novembre 2020 à partir de 18h30 sur Zoom avec:
– Jeanne Barseghian, Maire EELV de Strasbourg ;
– Mélanie Vogel, membre de la direction du Parti Vert Européen et du bureau de la commission féminisme d’EELV ;
– Marie-Cécile Naves, directrice de recherche à l’IRIS, directrice de l’Observatoire Genre et Géopolitique à l’IRIS, docteure en science politique de l’Université Paris Dauphine, auteure.

Retrouvez tous les webinaires sur notre chaine YouTube.

Le Chili et la vaccination contre le Covid-19

Le pays a été durement touché par la pandémie. Dès mars 2020 les écoles ont été fermées et la population a vécu l’un des confinements les plus longs et plus stricts dans le monde. D’ailleurs c’est loin d’être fini… Mais concernant la vaccination, on peut dire que le Chili se montre exemplaire ! Un mois après le lancement de la vaccination massive (débutée début février 2021) déjà 4 millions de personnes on reçu la première dose, 20% de la population…

Plusieurs explications peuvent être avancées :

Dans ce pays laboratoire du néolibéralisme, les capacités de négociation et les liens commerciaux au niveau mondial sont très développés. L’université Catholique du Chili a des liens très étroits avec les industries pharmaceutiques dans le monde. Les liens sont également privilégiés au niveau économique avec la Chine (qui achète la majorité du cuivre chilien). Le pays a misé dès le départ sur le vaccin chinois Sinovac. Les négociations ont commencé dès avril 2020, le Chili acceptait alors d’être pays test en contrepartie d’une belle réduction pour l’achat de millions de leurs vaccins.

Le pays a également acheté à plusieurs autres laboratoires, diversifiant ses sources afin de s’assurer une disponibilité. Les premiers vaccins arrivés fin 2020 étaient ceux de Pfizer BioNtech, moins faciles à stocker et transporter dans une pays où les températures l’été montent facilement au dessus de 30 degrés C.

Autre point majeur, depuis longtemps le réseau de santé de proximité est largement déployé partout dans le pays. Chacune et chacun est inscrit.e dans le centre de santé de son quartier ou de sa petite ville. Les doses de vaccin ont été distribuées rapidement à chaque coin du pays avec une efficacité impressionnante.

La vaccination s’est organisée de façon quasi militaire (le pays connaît le sujet…) dans ces centres de santé mais aussi dans les cliniques privées, des stades ont été réquisitionnés, des centres commerciaux… Pour la petite histoire je me suis faite vaccinée dans le parking d’un centre commercial ! À chaque jour correspond une tranche d’âge et/ou une fonction professionnelle et/ou une pathologie spécifique. Suite à une forte pression du Collège des Professeurs, le personnel d’éducation a été priorisé afin d’assurer au mieux la rentrée scolaire de mars.

La vaccination est totalement gratuite, Chilien.ne.s et étranger.e.s résidant.e.s peuvent y accéder. La population adhère à cette campagne, ici il vaut mieux être vacciné même si le vaccin n’est pas efficace à 100% plutôt que d’être hospitalisé et endetté à vie… D’ailleurs, généralement la population ne questionne pas les vaccins.

Finalement, dans un contexte de crise sociale et politique importante (nous vivons une révolte sociale depuis octobre 2019 avec des manifestations presque quotidiennes, près de 500 éborgnés, 40 morts, des soupçons de viols et tortures de la part de la police et de l’armée…) le président cherche absolument à se refaire une popularité. La vaccination prendrait-elle une tournure politique ? C’est probablement le cas. En attendant, ce pays en développement joue dans la cour des grands et commence même à offrir des vaccins à des pays voisins !

Photo by Daniel Schludi on Unsplash